La Citigo iV est le premier modèle électrique de SKODA. Les gros plus de cette citadine selon Catherine Van Geel, PR Manager chez Skoda ? Son prix. Et sa technologie embarquée, digne des plus grandes.

La Citigo iV est une citadine full électrique qui peut couvrir un peu plus de 250KM avec sa batterie. Comme pour SEAT et sa Mii, SKODA a pu proposer une citadine à moins de 20 000 € grâce au soutien de son groupe. “Nous faisons partie du groupe VW, avec Porsche, Volkswagen, Audi, SEAT” explique Catherine Van Geel. “Ce lien nous a permis de faire des économies d’échelle car nous utilisons des plateformes identiques pour certains de nos modèles.”

Alors SKODA arrive certes, plus “tard” avec son offre électrique que “VW et Audi, qui travaillent eux sur le développement” résume Catherine Van Geel. Mais “nous pouvons grâce à ça respecter l’une de nos valeurs centrale : proposer le meilleur rapport qualité/prix.”

La Citigo iV est la soeur de la City UP de chez VW” Catherine Van Geel.

SKODA Citigo, Salon de l’Automobile 2020, Bruxelles

La SKODA Superb iV

SKODA est toutefois conscient que le 100% électrique n’est pas forcément adapté aux besoins de tout le monde. C’est pourquoi la marque a présenté sa SKODA Superb iV, une hybride “adaptée aux longues distances” comme la présente Catherine Van Geel.
La Superb iV mixe donc un moteur thermique à essence et un moteur électrique. Mais là où elle épate les consommateurs, c’est par rapport aux moyens de la recharger : elle peut se brancher sur une prise de courant simple, de votre maison.

Elle se charge comme un GSM” explique Catherine Van Geel, un sourire de fierté sur son visage.

SKODA Superb iV, Salon de l’Automobile 2020, Bruxelles.

Lutter contre le surcoût de l’électrique

Le concepteur veut lutter contre l’éventuel surcoût d’un passage vers un véhicule électrique via différents moyens. Outre proposer des prix aussi bons marchés que possible, la marque a aussi mis en place un partenariat avec Edi, un fournisseur de bornes de chargement. “Cette société vous permet de faire un audit” développe Catherine Van Geel. “Ce qui est important pour les clients. Ils peuvent comme ça vérifier leur installation de chargement, à la maison ou au bureau. Voir si elle est bien conforme aux normes, si elle est assez rapide, si elle n’est pas trop puissante, etc.”

Pour elle, en effet, les concepteurs sont prêts pour le passage à l’électrique. “Il faut maintenant de l’installation électrique publique suive.” Catherine Van Geel parle notamment des bornes de chargement disponibles à Knokke. L’anecdote est la suivante : certains petits malins se stationnaient sur les places réservées aux voitures électriques et hybrides le temps de charger leur véhicule. Sauf que ! Une fois leur véhicule chargé, ils restaient toutefois sur la place de chargement. L’idée n’est pas dénuée de sens en effet : elle leur permettait d’économiser des frais de stationnement. “Il faut donc que les gens fassent preuve de civisme” conclut Catherine Van Geel, “et que les instances publiques mettent en place des systèmes pour que les places de chargement ne puissent se transformer en place gratuite déguisée. Comme envoyer un SMS au détenteur du véhicule une fois que celui-ci est chargé par exemple. Et s’il ne vient pas chercher son véhicule, avoir un compteur qui se déclenche et comptabilise son stationnement.” Comme pour les véhicules thermiques, en fait.